Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de Douglas TABET expert en évaluation immobilière

Le blog de Douglas TABET expert en évaluation immobilière

Douglas TABET est un expert en évaluation immobilière. Il sait déterminer la valeur de tout bien immobilier sur tout le territoire national. Réponse à vos demandes de devis par mail à l'adresse info@douglastabet.com - bureau en région parisienne : 61, rue de l'Alma 92400 COURBEVOIE 01 41 16 09 50 - bureau en Bretagne : 5, rue du Bourrigo 56260 LARMOR PLAGE 02 97 84 63 30


Faites vos jeux... Rien ne va plus?

Publié par Douglas TABET sur 8 Juin 2012, 09:37am

Vous avez sans doute entendu cette expression "Faites vos jeux... Rien ne va plus" autour d'une table de casino ou dans un film.

C'est la réflexion que je me suis faite récemment en lisant des articles de presse concernant le marché de l'immobilier.

Ce marché est scruté, analysé, commenté par des "experts", des économistes, des journalistes et même des pipoles.

Que se dit-il? Que s'écrit-il?

Que rien ne va plus, que le marché est instable.

Que les taux d'intérêts augmentent, que la crise est là que les prix vont bien finir par baisser.

Et d'ailleurs, ils baissent...un peu.

Mais dans toute cette cacophonie, comment s'y retrouver?

Un romain y perdrait son latin.

Revenons aux fondamentaux et les choses apparaitront moins nébuleuses.

Les primo accédants sont les victimes de la situation actuelle : prix élevés, banquiers frileux, obligation d'un apport de 30 % (20% pour l'achat et 10% pour les frais de notaire et frais annexes).

Les secundo accédants, ceux qui vendent pour racheter : pas vraiment de soucis s'ils détiennent leur logement depuis 2002 car avec un doublement des valeurs en 10 ans (sans fiscalité pour la résidence principale) cela permet d'envisager une acquisition "sereinement".

Les investisseurs quant à eux se sont faits bernés par des achats défiscalisants ne regardant que le montage fiscal en oubliant que le support est immobilier : on joue, on gagne mais on perd aussi...

En conclusion, le marché est dur dur pour les primo accédants qui sont souvent obligés de s'éloigner de la capitale pour pouvoir financer un logement d'une taille raisonnable pour héberger la famille.

Le projet du Grand Paris est une des conséquences de cette situation de fait : rapprocher les lieux de travail des lieux de résidence grace à des moyens de transport rapides et efficaces.

Alors, ce marché est-il vraiment si catastrophique qu'on veut le dire?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents